Categories

  • nos conseils
  • a votre service depuis 2002

Le test de la platine vinyle Mobile Fidelity Ultradeck+

Le test de la platine vinyle Mobile Fidelity Ultradeck+

Depuis 1977, le label américain Mobile Fidelity édite des disques vinyles ainsi que des SACD de qualité audiophile. Le mastering et le pressage des disques sont ultra soignés. Nous importons ces supports audio ainsi que quelques produits d'entretien de la marque.  

 

Mobile Fidelity avait annoncé dès 2016 la création d'une gamme de platines vinyle. Les produits ont obtenu depuis leurs AMM. Certes nous n'évoluons pas dans le monde des laboratoires pharmaceutiques, il n'empêche qu'écouter de la musique permet de retrouver un bien être évident, vous ne croyez pas ?

 

Ces nouvelles platines, elles sont en fait deux : la StudioDeck+ et l'UltraDeck+. Elles sont le fruit d'une collaboration entre les ingénieurs de la marque Mofi et Spiral Groove, une entreprise américaine renommée pour la fabrication de platines haut de gamme.

 

C'est L'UltraDeck+ que nous testerons aujourd'hui. Le socle est réalisé en sandwich de mdf et d'aluminium afin d'oter toute coloration, de l'alourdir et de gagner en stabilité.

 

Le plateau en delrin appelé aussi pom (Polyoxyméthylène) est assez épais et pèse 3.1 Kg (un beau bébé). Sa finition reste correcte, même si elle n'est pas à la hauteur de ce que l'on voit couramment chez Clearaudio. La courroie est d'une jolie couleur orange (c'est la couleur de la marque) tout comme le bouton de marche/arrêt placé sur le socle et qui est facilement accessible. 

 

Le bras fait 10 pouces de long, c'est suffisament rare pour être signalé. Disons le tout de go, il n'existe pas sur le marché de platine à 2000 € qui possède un bras aussi long ! Rappelez vous aussi que plus le bras est long et plus les erreurs de piste sont faibles...Le bras ideal restant le bras tangentiel pour la bonne raison que la matrice utilisée pour le pressage des vinyles a été gravé par un burin tangentiel.

 

Ce bras est câblé en fils de litz Cardas. Bravo pour cette initiative. On trouvera au dos de la platine deux fiches rca de qualité qui permettront de la raccorder à votre chaîne hifi. Par contre, les câbles phono mis à disposition sont vraiment moyens pour ne pas dire médiocres, notamment dans le bas du spectre; on vous conseille de les changer au plus vite, nous avons opté pour notre part pour des Atlas Hyper Intégra TT (turntable) , ça change la vie ! 

 

Nous avons peu d'informations sur la cellule MM Ultra tracker sauf à vous dire que le diamant est de type nude eliptique et qu'elle est fabriquée au japon contrairement au reste de la platine qui est fabriqué aux US.  

 

 

Les conditions du test 



Nous avons réutilisé pour ce banc d'essai le mariage de l'amplificateur Heed Elixir et des enceintes ATC SCM19 qui vous connaissez par coeur maintenant. Vous êtes d'ailleurs de plus en plus nombreux à acquérir ces deux produits d'exception.  

 

 

L'Elixir nous vient tout droit de Hongrie. Il est à la fois neutre, dynamique et se marie avec beaucoup d'enceintes. Il dispose d'une bonne entrée phono cependant, compte tenu du prix de la platine, nous y avons associé un préampli externe. 

Le préamplificateur Clearaudio Smart Phono V2 est toujours notre référence à environ 500 €. Il existe dorénavant en version black tout comme l'Elixir d'ailleurs.

 

On attend aussi avec impatience de pouvoir écouter le Studio Phono de chez Mobile Fidelity ; ce dernier sera positionné à 250 €. Il a été réalisé, nous dit-on, en collaboration avec l'équipe de Tim de Paravicini (Monsieur EAR YOSHINO). A suivre donc...

Un petit conseil, une platine parfaitement horizontale fonctionne mieux. Placez un niveau à bulle sur le plateau, au milieu de l'arc de cercle décrit par la cellule pendant la lecture et réglez les pieds de manière à ce que la bulle soit parfaitement centrée.  

 

Les câbles d'enceintes sont pour ce test des Atlas Hyper 3.5.


L'écoute de la platine vinyle Mobile Fidelity Ultradeck+ 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

The Velvet Underground, 1969,  ‎Live with Lou Reed 

Rock. Lou Reed rencontra John Cale qui jouait du violon alto, de la basse et des claviers. Ils recrutèrent ensuite Sterling Morisson qui jouait de la guitare. Ce fut ensuite le tour d'Anguse Mac Lise aux percussions. Le nom du groupe "The Velvet Underground" fut adopté en 1964. Andy Warhol managea le groupe dès l'année suivante et proposa à la chanteuse allemande Nico de chanter quelques titres.


Le groupe enregistre en 1967 son premier album... Les thèmes abordés reflètent l'univers dans lequel le groupe gravite, la Factory : drogues dures, thèmes sadomasochistes, homosexuels, etc.


D'abord connu des seuls milieux « underground » New-Yorkais, sa notoriété n'a cessé de croître après sa dissolution. Le groupe a beaucoup influencé David Bowie, qui, à ses débuts, chante des reprises du Velvet dans des clubs. Malgré sa brève existence, la formation a été très fertile en créations. 

 

Ce vinyle est le premier disque du groupe à être sorti après sa dissolution en 1973. Il s'agit d'un live enregistré le 19 octobre 1969 à Dallas. 

 

On pose ce pressage original japonais sur la platine. La prise en main du bras est correcte. Le lève bras est très progressif et semble bien fabriqué. On appui sur le bouton orange et l'écoute peut enfin démarrer.

 

Dès les premiers sillons l'impression de direct est omniprésente. Lou Reed s'adresse au public. Sa présence est incroyable et l'on entend énormément de détails, d'ambiance. 

 

Ca commence à jouer I'm waiting for my man, les guitares sont devant vous, le groupe est sur scène, vous êtes littéralement plongé dans la salle. Le grave est sec et le rythme est marqué comme jamais. L'écoute n'est pas pour autant déséquilibrée, bien au contraire. C'est bien la première fois que l'on entend la cadence de façon aussi flagrante.


On n'imaginait pas un tel choc sur ce premier disque et ce ne sera que le début de nos surprises !  

 

 



 

http://www.renaissens.com/img/p/2996-5791.jpg

Yves Simon, Yves Simon, Rue de la Huchette

Chanson française. On continue notre trip dans les années 70 avec Yves Simon. Le chanteur français passe son enfance à Contrexeville. Son père est cheminot, les moyens sont limités. L'activité économique de la ville est essentiellement centrée sur les cures thermales et les hotels s'enrichissent, créant ainsi une bourgeoisie locale. Yves est un des meilleurs élèves de sa classe et grâce à cela il peut fréquenter des amies qui ne sont pas de sa condition sociale ; la réalité est parfois cruelle...il prendra sa revanche plus tard en voyageant dans le monde entier et en devenant un chanteur connu.


Cet album qui sortira 1973 est connu pour son titre phare Au pays des merveilles de Juliet qui lui permet de décrocher le Grand prix de l'Académie du disque.  

 

La rue de la Huchette, située dans le Quartier Latin à Paris a inspiré Yves Simon pour la chanson du même nom. Le quartier est très fréquenté par les étudiants. Il sera l'objet des troubles de mai 1968. 

 

Le médium sur cette chanson est très en avant. Cette prise de son crée souvent un équilibre précaire et des sifflantes meurtrières. L'Ultradeck+ s'en sort plus que bien, la voix pleine possède une belle texture, les sifflantes sont réduites à leur juste niveau. 

La réverbe sur le saxo alto à partir de 38", les cordes à partir de 1'25" sont d'un réalisme saisissant, à la fois dépoussiérées, très dynamiques sans pour autant  être criardes ni brillantes.  

 

Le suivi mélodique est exceptionnel et l'écoute semble plutôt neutre. Encore une fois  on est étonné par cette instantanéité jamais rencontrée jusqu'à présent.  Bravo !

  

 

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joe Cocker, Sheffield Steel, Look what you've done

Pop. Le label Mobile Fidelity est né en 1977 sous l'impulsion de Brad Miller. Pendant plusieurs années les disques furent pressés au japon. Ceux-ci sont particulièrement réputés et ils ont pris une grande valeur sur le marché des vinyles d'occasion.

 

Le Joe Cocker  est une très belle référence. Il a notamment été utilisé lors de démonstrations réalisées dans les années 1980 par Jean Hiraga. On se rappelle des h-p Altec 416-8C qui équipaient à cette époque des caissons "Onken" de 360 litres...

 

On retrouve avec cette platine l'absence total de trainage, le poids sur la batterie électronique de Sly Dunbar. Ca tape, c'est dynamique et les enceintes sont largement mises à contribution car on écoute fort, très fort. Le résultat est à peine croyable commpte tenu du   rendement des enceintes (85 dB) et de la puissance de l'ampli (50W). La bobine de 75 mm et le circuit magnétique de 9 Kg du boomer font toute la différence... 

 

On passera deux coups de Zerostat sur le vinyle. Le disque est ainsi nettoyé de toute charge électrostatique. L'écoute après traitement a encore gagné en assise et la voix a perd ce petit côté acide. Les synthés apparaîssent  alors avec beaucoup de corps et une belle texture.   

  

On sait depuis longtemps qu'un grave ferme et rapide permet une bien meilleure lisibilité du message sonore. On en a la preuve encore une fois.   

 

L'Ultradeck+ fait ici des miracles !!! 

 

 



 

http://www.renaissens.com/img/p/3338-6270.jpg

Tommy Flanagan, Overseas, Relaxing at Camarillo  

Jazz. Tommy Flanagan était un des meilleurs pianistes de jazz. On le retrouve avec son trio :  Wilbur Little à la contrebasse et Elvin Jones à la batterie. L'album a été enregistré en Suède d'où le nom de l'album, en français Outre-mers.   

 

La captation de 1957 a beau être en mono, cet album est extraordinaire de vie et on apprécie particulièrement la prestation d'Elvin Jones. Il s'agit ici d'une réédition que vous pourrez vous procurez sur notre site. Le mastering réalisé par Kevin Gray et le pressage QRP ne sont pas etrangers au résultat.

 

Le timing sur la platine Mofi est tout bonnement parfait. Si les platines Rega sont souvent citées pour leur capacité à restituer un très bon timing, ce n'est rien à côté de ce que nous découvrons aujourd'hui : les notes sont calées de façon idéale, les attaques sont franches, les doigts courent sur le piano sans aucun chevauchement. Les musiciens jouent plus que jamais ensemble et une foultitude de détails jamais entendus apparaîssent sur ce vinyle. C'est magique ! Bravo !

 

   

 

 

http://www.renaissens.com/img/p/3338-6270.jpg

Thelma Houston & Pressure cooker, I've got the music in me   

Soul. On termine avec ce vinyle Sheffield Lab qui est une gravure directe, c'est à dire que la matrice a été réalisée en direct, pendant la performance de la chanteuse et du groupe. 

 

Les albums réalisés dans ces conditions demandent une organisation spécifique. Techniquement, on évite tout magnétophone, ce qui donne une dynamique de folie...Certains se rappelleront également du vinyle Flamenco Fever que nous possédons, sa côte actuelle est d'environ 600 USD, pas mal non ?  

 

Avec Thelma Houston on atterrit tout droit dans la soul music. Sa voix, les choeurs, la section de cuivres sont étonnants. C'est un vrai feu d'artifices et l'on se rappelle à nouveau l'écoute faite au début des années 80, à l'hotel Sofitel, porte de Sèvres, sur des pavillons Iwata en pierre accompagnés par des tweeter à compression Fostex T925, très appréciés des audiophiles.

 

Ici l'encombrement et surtout le budget de la chaîne et de la platine sont ridicules comparés aux moyens de l'époque ; le résultat est cependant énorme. 

 

Un petit conseil de plus, l'apport d'un palet presseur léger et vissant à la fois permet d'encore mieux structurer l'image stéréo. Ne l'oubliez pas.

  

Avec un tel résultat, on suggère à Mofi de faire une publicité en utilisant le slogan publicitaire "I've got the music in me" ! 

 

 

Synthèse

 

Ces quelques heures passées en compagnie de la platine Mofi Ultradeck+ nous ont enchanté. Sa personnalité axée sur le rythme, la spontanéité et la dynamique, est somme toute très différente des platines Clearaudio, Rega ou même Pro-ject que nous vendons habituellement. 

 

Ce son se rapproche beaucoup des meilleures platines à entrainement direct, avec en supplément un silence de fonctionnement remarquable. Cela se traduit sur le papier par un rapport signal/bruit de 74dB, à l'écoute par une myriade d'informations habituellement masquées.

 

Le grave est rapide comme l'éclair, le timing parfait. La clé du succès serait elle due au bras long, au choix du moteur, au découplage de la platine par des pieds HRS, à la qualité du câblage, à la cellule  ? Nous pensons que chaque élément tire cette platine vers l'excellence.


L'Ultradeck+ est le type même de produit qui donne envie de redécouvrir sa collection toute entière de vyniles.

 

Dans l'absolu, on aurait aimé un tout petit peu plus de variété sur les timbres. Mais disons le haut et fort, pour un budget de 2000 €, bras, cellule et capot inclus, le résultat est déjà incroyable. Les jusqueboutistes pourront se tourner, s'ils le souhaitent, vers la cellule Master Tracker du même fabriquant. 

 

Nous attribuons un très gros coup de coeur Renaissens à la platine Mobile Fidelity Ultradeck+ pour son grave hyper rapide, sa spontanéité, son rythme. 


 

 


Nous nous sommes séparés difficilement de la platine Mobile Fidelity, vous aurez cependant tout le loisir de la retrouver d'ici quelques jours dans notre auditorium. On lui prédit un avenir radieux.

 

NB : ce modèle existe aussi en version sans cellule et son prix est positionné à 1799 €.  

 

Si vous avez le projet d'acquérir une platine vinyle dans ce segment de prix, venez écoutez de toute urgence cette merveille. Merci de nous contacter au 01 84 19 43 88 afin de prendre rendez-vous.

 

A très bientôt.

 

Denis Schwarzberg   

Produits liés

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.

Nos marques

Nous contacter

Téléphone :
01 84 19 43 88
(appel non surtaxé)

Réseaux sociaux :

Notre adresse

Renaissens
120, rue de Paris
92100 Boulogne
France

Consultez le plan d'accès

plan d'accès

Nos horaires

Service clients :
du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h

 

Showroom :
du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 20h

Notre showroom

Découvrez notre showroom

Des conseils personnalisés, commander / retirer vos produits sans payer de frais de port : découvrez notre showroom