• New
  • New

Jacqueline Du Pré – Dvorak Cello Concerto

20,83 €
TTC

Warner Classics – 0190295765347

1 LP 33t 180 grs

UK

Il y a 2 visiteurs sur le site en ce moment
Quantité
En stock
favorite

Elle était un tourbillon dans le milieu conservateur de la musique classique. Avec ses cheveux longs et son extérieur sans fioritures, elle ressemble désormais à une icône des années soixante. Elle était une virtuose de classe mondiale, une musicienne aux grandes passions - mais aussi le personnage principal d'une histoire tragique : Jacqueline du Pre n'a eu que 42 ans.

Malgré sa carrière tragiquement courte, Jacqueline du Pre a eu l'occasion d'enregistrer de nombreuses œuvres importantes pour violoncelle.

Même au début de sa renommée mondiale, en 1965, elle a produit un enregistrement qui compte parmi les albums classiques les plus légendaires jamais réalisés : Le concerto pour violoncelle d'Edward Elgar. Au cours des trois années suivantes, elle a ajouté des concertos de Haydn, Boccherini, Schumann, Saint-Saens et, bien sûr, Dvorak - souvent accompagnée sur le podium par le mari du Président, Daniel Barenboim. 

Ce fut le dernier concerto qu'écrivit le compositeur et probablement le plus abouti, ses premières tentatives (Concerto pour piano op. 33 et Concerto pour violon op. 53) ayant été critiquées pour la prédominance imposante de l'orchestre au détriment du soliste ainsi que le regrettait le violoniste Joseph Joachim. L'œuvre se situe chronologiquement entre sa neuvième et dernière symphonie et ses Poèmes symphoniques. Il eut l'idée de la partition après avoir écouté le concerto pour violoncelle no 2 de Victor Herbert, compositeur américain, connu essentiellement pour ses opérettes.

Il existe une partition d'un premier concerto pour violoncelle de 1865 mais il ne fut jamais orchestré par son auteur.

La belle-sœur et ancienne élève du compositeur (et amour transi de jeunesse) Josefina Kaunikova, mourut peu avant la fin de sa rédaction. Il est possible que cela lui ait fait modifier la fin de ce Concerto, mais Dvořák n'a pas laissé de témoignage à ce sujet. Son fils a cependant écrit plus tard que le final était un hommage au « dernier amour du musicien ».

L'œuvre a été dédicacée à son ami Hanuš Wihan, violoncelliste. Mais un différend artistique oppose les deux hommes sur certaines révisions de la partition et Dvořák récuse en particulier la cadence du dernier mouvement.

La création eut lieu le 19 mars 1896 à Londres avec Leo Stern au violoncelle accompagné par l'orchestre de la société philharmonique sous la direction du compositeur. 

Cliquez ici pour laisser un commentaire