Categories

  • nos conseils
  • a votre service depuis 2002

Le test des enceintes ATC SCM7 MK3

Le test des enceintes ATC SCM7 MK3

La marque ATC vient de rejoindre nottre offre produit et nous ne résistons pas au plaisir de vous faire partager nos premières impressions autour des toutes petites SCM7 MK3. Ces enceintes sont produites dans le Gloucestershire, à 2h30 de voiture, à l'ouest de Londres. Elles nous ont séduites par leurs très grandes qualités auditives qui ne sont pas le fruit du hasard mais bien le résultat de choix techniques peu courants.

 

La SCM7 est donc la plus petite bibliothèque du fabriquant anglais. Elle mesure 30 cm de haut et est équipée d'un boomer de 125 mm. Elle possède des formes rondes qui adoucissent les lignes de la version précédente. L'enceinte est très dense, beaucoup plus que n'importe quelle enceinte de ce gabarit. 

 

Pour mémo, toutes les enceintes réalisées jusque dans les années 1970 étaient closes.

Depuis, 99 % de la production mondiale utilise le système bass-reflex qui permet d'étendre la réponse en fréquences dans le bas du spectre, grâce à un évent. Le b-r est devenu un standard de fait, jamais remis en question depuis 40 ans.

 

Pourquoi la société ATC a-t-elle choisi de réaliser une enceinte close ?

La réponse est très simple : l'enceinte close permet d'éviter tout gonflement artificiel dans le bas médium et le grave ainsi que les bruits d'écoulement d'air à la sortie de l'évent. Le placement de l'enceinte est ainsi grandement facilité.

Un grave propre, c'est énormément d'informations qui apparaissent aussi dans le médium et l'aigu, non pas par enchantement, mais parce que le bass réflex génère, dans la plupart des cas, un brouhaha qui masque ces informations. 

 

Disons le haut et fort, le bass-reflex est une solution très rentable pour les sociétés d'électroacoustique ! Elle donne la sensation première d'entendre plus de grave dans un encombrement réduit, améliore le rendement de l'enceinte et coûte beaucoup moins cher à réaliser qu'un haut-parleur de qualité avec un diamètre de bobine et un circuit magnétique digne de ce nom.

La réalité de ce choix est donc principalement économique, comme le choix des cassettes VHS qui l'emporta, en son temps, face à un bien meilleur système d'enregistrement vidéo, le Betamax.

 

Conclusion, on écoute donc depuis 40 ans et dans le monde entier, des enceintes "chiantes à placer" avec un grave qui à souvent tendance à traîner !!!   

 

Voyons donc  comment ces nouvelles enceintes se comportent sur de la musique.

 

Les conditions du test

Nous avons positionné les SCM7 sur des pieds lourds en fonte d'aluminium, puis sur les pieds Q Acoustics qui nous ont étonné. 

 

Ces enceintes britanniques sont gourmandes, il faudra donc veiller à les alimenter correctement. Nous avons choisi pour notre banc d'essai le Creek Evolution 100A qui développe sous 8 ohms : 2 x 110 W et est capable de fournir un courant Maximum de 26,5 A.  

 

Côté DAC, la présence de l'éternel Arcam Irdac ne vous étonnera pas, relié à un non moins éternel lecteur réseau Sonos Connect, boosté aux hormones d'un Audioquest NRG-1. Cette solution a l'avantage d'être très qualitative, simple à mettre en oeuvre, pilotable du bout des doigts et évolutive...

 

On vous le rappelle, les musiques sont streamées sur des services musicaux, au format FLAC.

Le moteur de recherche Sonos se charge de trouver votre album sur l'ensemble des services auxquels vous êtes abonnés et vous propose un ou plusieurs résultats. Ceci nous a permis de mettre en évidence une lisibilité encore améliorée avec le service Deezer premium.  

 

Les enceintes seront alimentées par des câbles hp Atlas Hyper 3.5 que nous avons pris l'habitude de monter sur la plupart des enceintes de petite taille.

 

L'écoute des enceintes ATC SCM7



Benjamin Clementine, At least for now, plage 3, London 

Alternatif et Indé. A tout seigneur tout honneur, c'est donc avec notre chouchou que nous entamons cette séance d'écoute. Sainte Clementine fait son chemin depuis le lancement de son premier album et son destin est tout tracé pour les mois à venir. Lui, qui jouait sous le regard indifférent des voyageurs du métro parisien, pourra prendre sa revanche cette année en brillant sur les scènes du monde entier. Il vient d'ailleurs d'effectuer une prestation exceptionnelle au Barbican Center à Londres et la presse britannique est unanime !!! Alors écoutons London, extrait de ce magnifique album dorénavant disponible en vinyle chez Renaissens.  

 

La plage débute avec la batterie qui scande un rythme à 4 temps formé de 2 croches, noire, 4 doubles et une noire. On sent parfaitement le kick de la batterie, la tension de la peau ainsi que la frappe de la baguette sur la caisse claire. Les debuts et fins de note sont parfaitement bien marquées.

 

Benjamin entre dans le morceau après 18" ; sa voix est positionnée deux mètres en retrait des enceintes et complètement détachée des instruments. Faites l'essai avec vos enceintes et vous "verrez" que dans la plupart des cas, la voix se mélange avec la batterie et le piano. Les plans sonores sont donc très nets et pour être franc, on peut affirmer avec certitude que l'on n'a jamais entendu cela, en tout cas jamais, à ce niveau de prix. 

 

La basse joue à partir de 39" ; le contour des notes de la guitare basse ou des claviers qui peuvent la remplacer est en général flou, du notamment à ce fameux bass-reflex, véritable générateur de bouillie sonore. Ici nous avons la chance d'entendre de vrais accords avec de vrais attaques. Bravo !!!

 

Enfin pour ceux qui adorent ce petit fruit orange et qui auront lu complètement ce paragraphe, on vous propose un bonus très sympa, une nouvelle chanson de Benjamin, I won't complain (je ne me plaindrais pas), nous non plus, bien au contraire...   

 

 

Fleetwood Mac, Live in Boston 1970, The green Manalishi

Hard-rock. Cet album est unique dans l'histoire de ce groupe anglais qui joue habituellement du blues. En effet on s'oriente ici  vers ce qui va devenir plus tard le hard-rock. Le morceau de 12'51" est marqué par l'incroyable virtuosité de Peter Green à la guitare.

 

Les enceintes vous plongent d'emblée dans l'ambiance du concert et ça dépote. On monte le son et on se fait vraiment plaisir avec des enceintes qui restent très droites, même à volume sonore élevé, et qui savent éviter tous les pièges habituels.

 

La fusion entre les deux haut-parleurs est parfaite. Les timbres des guitares sont à la fois bien distincts et très justes ; c'est ce que l'on a entendu de mieux depuis bien longtemps, distançant ainsi largement les LS50 qui pourtant tenaient le haut du pavé depuis plus 3 ans.

 

 

Stravinsky, le Sacre du Printemps, la Danse sacrale

Classique. Karajan n'est pas notre chef d'orchestre favori car il a cette facheuse tendance à faire briller des oeuvres où la sobriété devrait s'imposer. Son style extraverti sied cependant très bien à cette oeuvre du 20ème où la dynamique est exacerbée.

 

Trois sessions d'enregistrement ont été nécessaires entre 1975 et 77 à la philarmonie de Berlin, afin de mettre l'oeuvre en boîte. Dans cette salle, l'agencement des gradins pendant les concerts permet à chaque spectateur de rester proche des musiciens. Le bois y est omniprésent et l'architecture produit une acoustique considérée comme une des meilleures au monde. Même les places les moins chères, situées en hauteur ou au fond des derniers gradins, permettent de jouir d'une très bonne qualité de son en même temps que de voir l'orchestre.

 

Sur ce morceau, les enceintes sont obligées de puiser dans leurs ressources et d'afficher le meilleur de leur forme : l'image sonore offre un relief incroyable ; elle est à la fois ample et très bien focalisée dans tous les axes. La transparence est remarquable.

Les écarts dynamiques importants sont restitués sans stress, y compris sur les timbales et les cuivres. Les timbres des instruments sont hyper variés. Enfin le tempo est impeccable. Bravo !!!



 

The Bill Evans trio, Waltz for Debby, milestones
Jazz. Cet album est issu des derniers enregistrements du mythique trio Bill Evans, avec Scott LaFaro et Paul Motian. Ce trio a révolutionné l'histoire du trio jazz car les trois partenaires rompent avec la tradition où le contrebassiste et le batteur se cantonnaient à un rôle d'accompagnement. Ils se livrent à une véritable improvisation à trois. Il y a une synergie constante dite « interplay » entre les trois musiciens. Ces enregistrements du Village Vanguard sont probablement ceux où cet « interplay » entre les trois hommes est arrivé à son appogée.

 

On apprécie particulièrement cela, notamment parce que les ATC SCM7 réalisent un travail immense; elles révèlent en effet chaque détail, chaque nuance jouée par les musiciens. Sur cette plage, rien n'est jamais laissé dans l'ombre et l'écoute n'est jamais chirurgicale. La contrebasse à gauche dans l'enregistrement a rarement été aussi convaincante, l'enceinte close n'est pas étrangère à ce résultat. Le piano, positionné à droite, est aussi d'un naturel confondant. La musique coule avec beaucoup de naturel ; c'est le plus grand compliment que l'on puisse faire à une paire d'enceintes.



 



Synthèse de l'écoute des enceintes ATC SCM7

 

On l'aura bien compris, chez ATC rien n'est laissé au hasard. La fabrication d'enceintes professionnelles requiert des composants haut de gamme et une exigence de chaque instant que l'on retrouve ici.

 

Le choix du de l'enceinte close s'avère payant et la SCM7 offre sur tous nos critères habituels des performances supérieures.

Résultat : les SCM7 proposées à 1195 € surclassent à l'écoute toutes les petites copines situées dans cette gamme de prix.

 

Les pieds Qacoustics conçus pour la Concept 20 et proposés à 300 € la paire améliorent encore ses performances de façon saisissante. 

 

Ces enceintes sont cependant gourmandes en courant et on devra s'assurer que l'amplificateur puisse en fournir suffisamment. C'est le cas du Creek Evolution 100A. on pourra aussi trouver dans notre offre l'Arcam A39, le Roksan K3.

Si vous recherchez une électronique plus économique, vous pourrez vous diriger vers le Heed Obelisk SI 3 ou bien encore le Cambridge A80 qui intègre directement un DAC.  

 

La présentation est un peu austère et l'enceinte n'est disponible qu'en deux finitions, un placage cherry et un placage noir. Ceux qui recherchent des enceintes blanches ou noire laquée passeront leur chemin.

 

L'ATC SCM7 est cependant garantie 6 ans, c'est aussi un atout à prendre en compte lors de votre achat.

 

Cette nouvelle enceinte est bien sûr en démonstration au showroom.

 

Si vous avez un projet d'achat, on vous convie à l'écouter. N'oubliez pas de prendre rendez-vous prélablement au 01 84 19 43 88.

 

A très bientôt.

 

Denis Schwarzberg

Produits liés

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.

Nos marques

Nous contacter

Téléphone :
01 84 19 43 88
(appel non surtaxé)

Réseaux sociaux :

Notre adresse

Renaissens
120, rue de Paris
92100 Boulogne
France

Consultez le plan d'accès

plan d'accès

Nos horaires

Service clients :
du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h30 à 19h

 

Showroom :
du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 20h

Notre showroom

Découvrez notre showroom

Des conseils personnalisés, commander / retirer vos produits sans payer de frais de port : découvrez notre showroom